Actualité

Suivez toute l'actualité de notre entreprise et du secteur de la menuiserie

L’acoustique en pratique

acoustique-en-pratique-menuisier-orleans

CHANGER LES FENÊTRES, SOLUTIONS ET CONSEILS

Ces recommandations, ont été établies, à l’initiative du ministère de l’écologie et du développement durable, par une commission animée par CEKAL Association et les représentants des organismes professionnels suivants :

  • FFB CMP
  • SNFA
  • SNFMI
  • SNFPSA
  • UF-PVC
  • UNICLIMA

 

La rédaction a été assurée par Maurice Auffret, acousticien, avec la participation du CSTB et du CIDB.

1- S’ISOLER DES BRUITS EXTÉRIEURS

 

UNE OPERATION SOUVENT DELICATE EN RENOVATION

L’isolation d’une façade, vis-à-vis du bruit, met en jeu des phénomènes acoustiques complexes. Tous les éléments de l’ouvrage sont concernés : paroi opaque, fenêtre, entrée d’air, coffre de volet roulant, liaisons et calfeutrements entre les éléments. Ainsi, un traitement limité à la seule fenêtre peut se conclure par une amélioration insuffisante si le rôle d’autres éléments comme l’entrée d’air ou le coffre de volet roulant a été négligé. Le renforcement des performances acoustiques s’accompagne, le plus souvent, d’une amélioration de l’isolation thermique et permet de faire des économies d’énergie.

Dans certains bâtiments anciens, le renforcement de l’isolement acoustique d’une façade peut entraîner une réduction très importante de la perméabilité à l’air de l’ouvrage. Il en résulte une diminution des infiltrations d’air qui fournissaient auparavant l’apport d’air neuf dans la pièce traitée. Ω L’intervention doit donc être accompagnée d’un examen des conditions d’aération du logement dont dépendent le confort, la salubrité et la sécurité. Ω Attention, une isolation surévaluée vis-à-vis de l’extérieur peut faire apparaître les bruits internes de l’immeuble qui jusque là étaient masqués par ceux de la rue.

2- RÉALISER LE DIAGNOSTIC DE LA FAÇADE

 

DES POINTS DE VÉRIFICATION OBLIGÉS

  • La présence de fissures (éventuellement à colmater)
  • Les joints de maçonnerie dégradés (à traiter)
  • L’état des liaisons entre les ouvrages de nature différente, par exemple, allège légère/maçonnerie lourde, menuiserie à conserver/maçonnerie…( à calfeutrer).
  • L’existence et le rôle des grilles et des bouches de ventilation.

 

Les bouches assurant l’aération d’une pièce seront supprimées et remplacées par des entrées d’air acoustiques incorporées dans la menuiserie ou le coffre de volet roulant, sinon par des entrées d’air murales.

Attention l’aération nécessaire au fonctionnement des appareils de combustion doit être impérativement préservée.
La création dans le mur extérieur de grilles d’aération et leur traitement acoustique peuvent dans ce cas s’avérer nécessaires.

3- ÉVALUER LES BESOINS

 

LA DEMANDE DU CLIENT

La réglementation française a fixé pour les logements neufs une valeur d’isolement minimale de façade de 30 dB. Le niveau d’isolement de la façade dépend dans une large mesure du confort recherché par l’habitant. Il est difficile à définir objectivement car il repose sur de très nombreux facteurs dont certains sont liés à la destination des locaux, à la sensibilité personnelle au bruit, à l’état de santé. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande des niveaux moyens de 30 dB(A) la nuit dans la chambre à coucher et de 35 dB(A) dans les pièces de séjour. Attention : certaines personnes hypersensibles au bruit attendent des niveaux inférieurs.

4- CHOISIR LA FENÊTRE

 

TROIS TYPES DE SOLUTIONS

  • Ouvrages ou composants faisant l’objet d’une certification (essais et suivi de qualité).
  • Ouvrages ou composants ayant fait l’objet d’un rapport d’essai de type mais sans suivi de qualité.
  • Ouvrages ou composants réalisés selon les normes de spécifications et ne faisant l’objet ni d’une certification ni d’un rapport d’essai.

Ces trois solutions permettent d’obtenir des isolements de 30 dB (suffisants pour des logements peu exposés donnant sur des rues à faible circulation), ou de 35 dB (nécessaires pour des logements donnant sur des rues passantes).

L’association de composants relevant de chacune des solutions est possible. Par exemple, une menuiserie certifiée peut être combinée avec des entrées d’air ayant fait l’objet d’essais de type et un coffre de volet roulant fabriqué selon les normes de spécifications, sous réserve que ces composants figurent dans la même classe d’isolement de façade visé.

5- POSER LES FENÊTRES DANS LES RÈGLES DE L’ART

 

RESPECTER LES ETAPES ET LES TECHNIQUES DE POSE POUR OBTENIR LES PERFORMANCES ACOUSTIQUES SOUHAITÉES

  •  Examen de l’état de la structure d’accueil
  • Prise précise des mesures
  • Préparation des plans d’appui
  • Calage et fixation des menuiseries
  • Mise en oeuvre du calfeutrement et des profils d’habillage
  • Réglage des vantaux
6- NOTA BENE

 

GARANTIE DE MOYEN

La fourniture d’une menuiserie bénéficiant d’un certificat ACOTHERM NF CSTBat, d’une marque de qualité NF Fenêtres Bois, d’un classement ESA ou offrant des performances acoustiques présumées, constitue, pour l’entreprise, une prestation qui doit se limiter à une garantie de moyens susceptibles d’améliorer l’isolement existant.

  • En aucun cas l’entrepreneur ne peut garantir un résultat d’isolement de façade. Les isolements de 30 dB et 35 dB, précédemment définis, sont des objectifs. Un isolement de façade de 35 dB est un maximum à viser pour une construction existante, et à ce niveau de performance tous les détails comptent.

Les isolements supérieurs à 35 dB nécessitent, dans tous les cas, l’intervention d’un spécialiste en acoustique et des mesures d’isolement acoustiques préalables. Ils impliquent le plus souvent la participation de plusieurs corps d’état. Ils sont a priori à exclure des opérations individuelles de rénovation.